Baumes sonores® : retours des premiers utilisateurs (2/3)

La qualité du sommeil

Dans l’ensemble, les personnes ont relevé une amélioration globale du sommeil, plus profond et plus dense (Luz, Solveig, Marie-Paule, Marion, Sandra, Dominique…), avec moins de réveils nocturnes (Angelo), une sensation de “régénération” et de “vague de paix” (Fabien), de “sommeil réparateur” (Sabine) et une “phase d’endormissement plus rapide” (Juliette). Dominique a, quant à lui, noté “des nuits sans se lever”, contrairement aux 2 à 3 fois par nuit habituelles.

“Je me suis endormie en ressentant encore l’action énergétique à l’œuvre sur moi. Ce genre de phénomène énergétique est de l’ordre de celui que j’expérimente lors de mes méditations.” – Catherine

Pour d’autres cependant, le sommeil fut agité et peu récupérateur (Sarah, Hélène, Nelly), mais toujours à hauteur du processus énergétique en cours.

Une expérience parfois inconfortable

Comme nous l’avons vu, le baume fait aussi travailler l’être sur ses parts d’ombre : il agit alors comme un bain révélateur, faisant émerger à la conscience des problématiques non résolues, des peurs ou des blessures enfouies et encore actives. Un processus de libération se met alors en place pour déconstruire, dissoudre et alléger ce qui est lourd et limitant pour l’être.

J’aimerais parler de l’expérience remarquable de Sarah, qui, à elle seule, est un véritable enseignement, à hauteur de ce qu’elle a choisi de vivre pour se libérer. Dès le début des écoutes, elle évoque une sensation de “jambes lourdes”, “des crispations, des tensions et des contractions”, jusqu’à un “raidissement total du corps” (notamment lors du souffle qu’elle appréhendait fortement), avec un “froid glaçant et une difficulté à lâcher prise”. Elle a également relaté des “vertiges et des sensations nauséeuses”, accompagnées d’une impression de “glue boueuse” au réveil. Cependant, au fil des écoutes, au jour 6, elle reconnais “plus de clarté dans la tête sur ces inconforts” et la sensation que les “zones d’ombres s’éclairent”, une prise de conscience qu’est venu confirmer un travail accru des reins et de la vessie (processus de nettoyage). Le jour 7, un seul mot lui vient : “élimination”. Si elle ressent encore la “boue”, “les ombres noires ont disparues”. Malgré l’inconfort, Sarah restera, durant l’expérience, remarquablement consciente de tout ce processus de libération.

Hélène a, elle aussi, vécu un “sommeil agité”, avec des cris nocturnes inhabituels (chose qui ne lui était pas arrivée depuis l’enfance) et des phases de réveil. Au lendemain de la première écoute, elle évoquera “un sentiment de difficulté psychique”, comme si elle avait “livré combat”. Une détente progressive apparaîtra dans les jours suivants, avec un “grand plaisir à écouter le baume”. Néanmoins, une écoute plus poussée du baume ou un travail approfondi (en séance TNSO individuelle par exemple) peut s’avérer nécessaire pour que la libération soit complète.

“État du jour : douleurs et raideurs dans tout le corps, énergie vers le bas. J’accueille tout cela comme un processus inévitable pour transcender ce qui doit l’être.” – Catherine

Ainsi, l’écoute du baume, venant confronter l’être dans ses désaccords, ne laisse pas le corps indemne. Par les processus subtils d’harmonisation qu’il enclenche et qui se déroulent au fil des écoutes, il peut provoquer fatigue et tension, nausées et vertiges, voire des courbatures, mais toujours à hauteur des besoins fondamentaux de l’être… et de ce qu’il s’autorise à recevoir.

Le sOuffle à la fin du baume

A l’exception de Sarah, cette partie du baume a été globalement vécue comme un profond et puissant nettoyage énergétique, telle une vague qui emporte ou le vent qui balaye tout. Pour Juliette, c’est définitivement son moment préféré. Pour Dominique : “ça termine très bien l’aventure, comme si tout ce qui avait été soulevé était poussé par le vent de la libération. C’est un onguent apaisant et libérateur.”

“C’était comme vivre une tempête et le calme qui survient juste après, laissant un grand sentiment de paix.” – Luz

La durée du baume

Selon Jérôme L., Marion, Solveig, Marie-Paule, Juliette, Philippe et Dominique, le format proposé de 6 minutes est approprié : à la fois court et efficace pour une utilisation quotidienne, plus facile à intégrer dans un planning chargé.

Si la durée fut appréciée, certaines personnes ont ressenti le besoin d’écouter le baume plusieurs fois de suite, parfois même en boucle et jusqu’à extinction des feux (Angelo, Fabien).

Pour Marie-Claire, Sabine, Catherine et Nelly, la durée du baume a été clairement perçue comme trop courte, avec même un sentiment de frustration pour Hélène, qui a ressenti une “envie de la suite”.

“La durée de 6 mn est intéressante pour débuter, faire connaissance, apprivoiser l’outil. Après, quand on y est entré, c’est vite beaucoup trop court.” – Dominique


Lire également :

Baumes sonores® : retours des premiers utilisateurs (1/3)

Baumes sonores® : retours des premiers utilisateurs (3/3)

Lire également

Arrow pointing to top
Langues

Je suis Erin, créatrice de la marque TNSO et des Baumes sonores®.

Je vous souhaite la bienvenue et suis heureuse de vous accompagner dans votre transformation à travers les Baumes sonores®. Sachez qu’il n’y a pas de plus grande joie pour moi que de partager avec vous ces merveilleux soins vibratoires !

A très vite !

Inscrivez-vous au blog et recevez
les nouveaux articles par email !